Depuis 2014, en France, la Justice Restaurative propose à des victimes et auteurs d’infraction de dialoguer dans des dispositifs sécurisés. Nassim, Issa, et Thomas, condamnés pour vols avec violence, vont cotoyer Grégoire, Nawelle et Sabine, victimes de homejacking, de braquages et de vol à l'arraché. On suit aussi aussi Chloé, victime de viols incestueux. Se succèdent colère, espoir, silences, mots, alliances, déchirements, prises de conscience et confiance retrouvée…

A Paris, Salomé, 14 ans, vit dans un appartement avec son père, un policier qui n'est jamais là, sa mère, une hôtesse de l'air qui a pris le large, et sa sœur qui est amoureuse et très occupée. Livrée à elle-même, elle sillonne le quartier Stalingrad avec son skate, transportant parfois de la drogue pour des clients. La jeune fille, inquiète pour sa mère, est bientôt confrontée au danger.

Nora et Léo, deux lycéens dans la même classe, tombent amoureux l’un de l’autre. Léo est issu d’un milieu bourgeois, son père dirige un hypermarché. Nora grandit dans une cité, son frère vient de se faire virer de son emploi, accusé de vol. Il travaillait dans ce même hypermarché. La tension entre les deux familles va peu à peu s’immiscer au sein de leur amour, les différences s’exacerbent et le chaos s’installe. Les vies de Nora et Léo s’embrasent.

Il était une fois un pêcheur, pauvre, si pauvre qu’il ne pouvait offrir de cadeau à son fils nouveau-né. A la place d’un présent, le pêcheur se met en quête d’un parrain ou d’une marraine pour son bébé. Il récuse d’abord Dieu, qu’il juge injuste : pourquoi y a-t-il des riches et des pauvres comme lui ? Il refuse ensuite le Diable, car chacun sait qu’il ne vit que pour faire le mal. Arrive alors la Mort, qui elle est juste et se présente à chacun, qu’il soit riche ou pauvre. Le pêcheur accepte d’en faire la marraine de son fils. Mais commercer avec la mort n’est pas sans danger…